La communion entre tous

Homélie du mercredi 5 mai 2021 (Ac 15, 1-6 ; Jn 15, 1-8)




Lecture du livre des Actes des Apôtres


En ces jours-là,

des gens, venus de Judée à Antioche,

enseignaient les frères en disant :

« Si vous n’acceptez pas la circoncision

selon la coutume qui vient de Moïse,

vous ne pouvez pas être sauvés. »

Cela provoqua un affrontement ainsi qu’une vive discussion

engagée par Paul et Barnabé contre ces gens-là.

Alors on décida que Paul et Barnabé,

avec quelques autres frères,

monteraient à Jérusalem auprès des Apôtres et des Anciens

pour discuter de cette question.

L’Église d’Antioche facilita leur voyage.

Ils traversèrent la Phénicie et la Samarie

en racontant la conversion des nations,

ce qui remplissait de joie tous les frères.

À leur arrivée à Jérusalem,

ils furent accueillis par l’Église, les Apôtres et les Anciens,

et ils rapportèrent tout ce que Dieu avait fait avec eux.

Alors quelques membres du groupe des pharisiens

qui étaient devenus croyants

intervinrent pour dire qu’il fallait circoncire les païens

et leur ordonner d’observer la loi de Moïse.

Les Apôtres et les Anciens se réunirent

pour examiner cette affaire.


– Parole du Seigneur.



Homélie


Nous venons d’entendre le même évangile que dimanche dernier. Cela arrive de temps en temps car il y a deux cycles de lectures qui peuvent se télescoper : le cycle de lectures du dimanche (réparti sur trois années A, B, C) et le cycle de lectures de la semaine (réparti sur deux années, les paires et les impaires).


Nous retrouvons donc cette parole du Christ à ses disciples : "Demeurez en moi, comme moi en vous… Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit." Ce verset nous rappelle que la volonté de Dieu, c’est d’abord et avant tout de construire la communion, avec lui et entre les hommes.


Le but de la vie chrétienne, c’est la communion entre tous et avec Dieu. Et quand nous oublions cela, nous laissons la religion creuser des fossés et monter des murs entre les hommes. Entre chrétiens et païens, entre chrétiens de différentes confessions et même entre nous.


C’est une vieille tentation, à en croire la première lecture. On y voit des chrétiens de Judée dire à ceux d’Antioche : “Si vous n’acceptez pas les coutumes qui viennent de Moïse, vous ne pouvez pas être sauvés.” Les chrétiens d'origine juive et plus particulièrement les pharisiens voulaient que les chrétiens convertis du paganisme adoptent leurs pratiques juives.