Homélie du dimanche 2 mai 2021 (Jn 15, 1-8)




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :

« Moi, je suis la vraie vigne,

et mon Père est le vigneron.

Tout sarment qui est en moi,

mais qui ne porte pas de fruit,

mon Père l’enlève ;

tout sarment qui porte du fruit,

il le purifie en le taillant,

pour qu’il en porte davantage.

Mais vous, déjà vous voici purifiés

grâce à la parole que je vous ai dite.

Demeurez en moi, comme moi en vous.

De même que le sarment

ne peut pas porter de fruit par lui-même

s’il ne demeure pas sur la vigne,

de même vous non plus,

si vous ne demeurez pas en moi.


Moi, je suis la vigne,

et vous, les sarments.

Celui qui demeure en moi

et en qui je demeure,

celui-là porte beaucoup de fruit,

car, en dehors de moi, vous ne pouvez rien faire.

Si quelqu’un ne demeure pas en moi,

il est, comme le sarment, jeté dehors,

et il se dessèche.

Les sarments secs, on les ramasse,

on les jette au feu, et ils brûlent.

Si vous demeurez en moi,

et que mes paroles demeurent en vous,

demandez tout ce que vous voulez,

et cela se réalisera pour vous.

Ce qui fait la gloire de mon Père,

c’est que vous portiez beaucoup de fruit

et que vous soyez pour moi des disciples. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


« Sans moi vous ne pouvez rien faire »

Comment comprendre cette parole de Jésus ?

Car on peut en faire des choses sans lui !

Alors, que veut-il dire exactement ?


Tout d'abord, à qui s'adresse-t-il ?

Jésus, en effet, ne dit pas les mêmes choses aux uns et aux autres ; à ses disciples, à la foule ou aux Pharisiens.

Ici, il s'adresse à ses disciples, et ce qu'il leur dit concerne donc le disciple en tant que disciple.

C'est donc à eux que Jésus dit de façon catégorique qu'ils ne peuvent rien faire sans lui.


Pour exprimer ce lien nécessaire avec lui, l'Evangile de Saint Jean emploie un terme particulier : c'est le mot « demeurer ».

« Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, celui-là porte beaucoup de fruit » (Jn 15, 5)


Ce terme « demeurer » revient 8 fois dans le court passage que nous venons d'écouter !

C'est dire que Saint Jean insiste ! Il veut absolument que nous comprenions que c'est en "demeurant" avec le Christ que le disciple pourra agir. Et que, sans lui, il ne pourra rien faire !

C'est greffé à lui qu'il portera du fruit, et qu'il en portera "en abondance". (Jn 15, 5)


A partir de là, on peut se poser deux questions, au moins.

La première. Qu'est-ce que le disciple de Jésus ne peut pas faire sans Jésus ?

Et la seconde. Que doit faire le disciple pour ne pas se retrouver à agir sans Jésus, et donc à ne rien pouvoir faire (puisque sans lui il ne peut rien faire !) ?


Alors, tout d'abord. Qu'est-ce que nous n'arriverons pas à faire si nous voulons agir sans Jésus ?


En premier lieu, c'est de croire, puisque croire est l'œuvre de Dieu.

C'est lui qui nous donne de croire. Le disciple le reconnaît.

Ensuite, c'est d'annoncer la Bonne Nouvelle.

Nous ne pouvons pas annoncer le Christ sans l'aide de l'Esprit Saint. Ça, c'est son œuvre.

Et enfin, c'est de devenir saints, c'est-à-dire de devenir ce à quoi nous sommes appelés.

Nous ne pouvons pas devenir saints, ou fils de Dieu, sans le secours de Jésus.

C'est là, en effet, l'œuvre de sa grâce.

Souvenons-nous de ce que dit le pape dans son exhortation « Gaudete et exsultate » au n°34 :

"La sainteté, c'est la rencontre de ta faiblesse avec la force de la grâce".


Croire, annoncer la Bonne Nouvelle et devenir saint.

Le disciple ne peut ni croire, ni annoncer le Christ, ni devenir saint… sans la grâce de Dieu.

Sans elle, il ne peut rien faire de tout cela.


La seconde question maintenant. Je la rappelle : comment faire… pour éviter de faire sans Jésus ?

Ou, que faire pour "demeurer" avec lui ? pour être les "sarments" et lui la vigne ?


On pense tout de suite à la prière.

Que ce soit celle du matin, un bénédicité, une prière spontanée ou toute autre prière… ou même un simple signe de croix…

Toutes, elles nous permettent de nous relier facilement à Jésus et de demeurer en lui.

On peut aussi réciter un "Je vous salue Marie" ou un "Notre Père" ;

On peut fredonner un chant religieux ou bien allumer un lumignon… Peu importe.

Mais la prière la plus efficace pour être uni à Jésus, c'est, je pense, de demander l'Esprit Saint pour le laisser agir en nous…


Invoquer l'Esprit Saint. Mais aussi lire la Bible.

Car accueillir la Parole de Dieu dans son cœur, c'est inviter Jésus chez soi.

Par sa Parole, Jésus nous parle, il nous inspire… Il est présent. Il est avec nous.


Et enfin, pour demeurer avec Jésus et ne pas faire sans lui, je pense aux sacrements.

Surtout à deux d'entre eux : l'Eucharistie et la Pénitence.

Ce sont eux qui vont nous apporter cette grâce dont nous avons besoin, et que Dieu nous offre, pour devenir disciple et pouvoir agir avec Jésus et non pas sans lui.


L'eucharistie nous donne d'entrer en communion avec le Christ.

L'attention aux plus petits aussi.

Par son Corps et son Sang Jésus vient demeurer en nous et nous en lui.

Le Corps du Christ est la nourriture du disciple, son sang, la sève dont les sarments ont besoin…


Quant au sacrement de réconciliation, c'est là que le disciple peut dire à Jésus qu'il l'aime et qu'il a besoin de lui pour mieux aimer.

C'est là qu'il lui dit sa foi : que, sans lui, sans sa grâce, il reste impuissant face au péché.

Et que sans lui, il lui est impossible de pardonner.

C'est là qu'il reconnaît son sauveur.


Que cette eucharistie nous donne donc d'être disciple et de demeurer avec notre Seigneur, pour grandir dans la foi, aller annoncer la Bonne Nouvelle et devenir "frère de Jésus-Christ".


Amen.


37 vues

Le blog paroissial