Une rencontre va avoir lieu

Homélie du dimanche 8 novembre 2020 (Mt 25, 1-13)




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples cette parabole :

« Le royaume des Cieux sera comparable

à dix jeunes filles invitées à des noces,

qui prirent leur lampe

pour sortir à la rencontre de l’époux.

Cinq d’entre elles étaient insouciantes,

et cinq étaient prévoyantes :

les insouciantes avaient pris leur lampe sans emporter d’huile,

tandis que les prévoyantes avaient pris, avec leurs lampes,

des flacons d’huile.

Comme l’époux tardait,

elles s’assoupirent toutes et s’endormirent.

Au milieu de la nuit, il y eut un cri :

‘Voici l’époux ! Sortez à sa rencontre.’

Alors toutes ces jeunes filles se réveillèrent

et se mirent à préparer leur lampe.

Les insouciantes demandèrent aux prévoyantes :

‘Donnez-nous de votre huile,

car nos lampes s’éteignent.’

Les prévoyantes leur répondirent :

‘Jamais cela ne suffira pour nous et pour vous,

allez plutôt chez les marchands vous en acheter.’

Pendant qu’elles allaient en acheter,

l’époux arriva.

Celles qui étaient prêtes entrèrent avec lui dans la salle des noces,

et la porte fut fermée.

Plus tard, les autres jeunes filles arrivèrent à leur tour et dirent :

‘Seigneur, Seigneur, ouvre-nous !’

Il leur répondit :

‘Amen, je vous le dis :

je ne vous connais pas.’


Veillez donc,

car vous ne savez ni le jour ni l’heure. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Encore une parabole avec tous ses mystères !


Pour les trois derniers dimanches de l’année liturgique – aujourd’hui, le 15 et le 22 novembre –, la liturgie nous propose les trois grandes paraboles du chapitre 25 de l’Evangile de Matthieu, qui parlent du Royaume des Cieux, du jugement dernier et du retour du Fils de l’homme.


Aujourd’hui, voici donc la première de ces trois paraboles.

On y attend la venue d’un époux.

Dix jeunes filles sont invitées à ses noces.

Elles sortent à la rencontre de l’époux, mais l’époux tarde à venir…


On l’aura compris, l’époux, c’est Jésus lui-même qui annonce son retour dans la gloire… au milieu de la nuit des hommes. « Au milieu de la nuit, il y eut un cri : 'Voici l’époux !' Sortez à sa rencontre. »*


Pour ses noces, pour cette « nouvelle alliance », le Christ invite tous les hommes.


La « parabole des invités remplacés par les pauvres » qui précède la nôtre (en Mt 22 ou Luc 14) révèle que pour participer à ces noces, il faut déjà vouloir répondre à l’invitation.

Or beaucoup s’excusent ! Ils disent être pris par d’autres occupations.

Mais ce n’est pas tout : la célébration des noces tarde !

Elle exige alors la vigilance pour que l’époux, quand il viendra, trouve prêts les invités.

Et c’est ce qu’exprime notre parabole d’aujourd’hui avec les 10 jeunes filles.

« Veillez, car vous ne savez ni le jour, ni l’heure. »


Comme toutes les paraboles celle-ci renferme beaucoup de richesses et de mystères.

Beaucoup de questions !

- Cette huile, par exemple, que symbolise-t-elle ?

Nos bonnes actions peut-être, ou bien nos prières ?

Ce qui nous est propre, en tout cas, car on ne peut pas la partager.

- Devons-nous, comme les 5 jeunes filles sages, faire provision d’huile ?

Est-ce bien nécessaire ?

Faut-il en faire pendant qu’il fait jour, pour arriver à affronter la nuit quand elle se présentera à nous ?


On le voit, les questions se multiplient. Et il y en a bien d’autres !

- Par exemple, que veut dire « être prêt » ?

- Et si le Christ est l’époux, qui est l’épouse ?

Est-ce l’Eglise ? L’humanité tout entière ?

Est-ce ceux et celles qui ont aimé, car ceux-là Dieu les connaît ?

Finalement, qui va participer aux noces de l’agneau ?

Et qu’espérons-nous en voulant faire partie des convives ?


Il y a une autre question peut-être plus importante que les autres :

Pourquoi donc l’époux attendu tarde-t-il tant à venir ?

Et pourquoi vient-il en pleine nuit ?

Serait-ce pour nous dire que c’est dans notre nuit que le Seigneur ressuscité viendra nous rejoindre ? Que c’est sa promesse ?


Pour terminer, je voudrais souligner un mot qui me parait très important.

Celui de « rencontre ».

Pourquoi ? Parce que dans ce récit tout est organisé autour d’une rencontre. On nous dit :

« Au milieu de la nuit, il y eut un cri : 'Voici l’époux !' Sortez à sa rencontre. »


La rencontre, de fait, est peut-être bien ce qu’il y a de plus important dans nos vies ?

Ce qu’on attend toujours :

Qu’il s’agisse de la rencontre de celui ou celle qui deviendra notre ami ou notre épouse.

Ou bien de notre rencontre avec Dieu.

Ou encore de la rencontre avec les autres, et du plus pauvre, en particulier, qui est si riche nous dit Jésus !


En ce temps de pandémie, nous ressentons encore davantage combien les rencontres sont nécessaires. Elles apportent vie et joie. Elles sont irremplaçables, nous en avons fait l’expérience !


Or Jésus nous avertit. Une rencontre va avoir lieu, et il s’agit de ne pas la louper !

On ne peut pas prévoir le moment où elle aura lieu, mais on peut s’y préparer.

Comment ? Voilà donc la grande question.

Comment se préparer à la rencontre avec le Christ ?


Les deux prochaines paraboles de Mt 25 nous le diront.

Mais déjà chacun est invité à chercher, car notre attente du Seigneur est une attente active.


Quant à ceux qui sont dans la nuit, qui font l’expérience de l’absence de Dieu ou de son silence… le Christ les invite à être des veilleurs, pour être avec lui quand il viendra les rejoindre.

Car c’est lui qui vient. Et il vient pour tout sauver.


Amen.


Aujourd'hui c'est dimanche ! Le jour où d'ordinaire les chrétiens se réunissent à l'église pour célébrer l'Eucharistie. En ce temps de confinement, vous savez que les paroisses sont privées de quêtes et donc de ressources. Alors, si vos propres finances ne sont pas menacées, nous vous invitons à faire une offrande sur cette page sécurisée par carte bancaire ou via via l'application "La Quête" que vous pouvez télécharger sur votre smartphone.

Bon dimanche !



* Dans l’AT, l’époux, c’est le Dieu d’Israël. Il est l’époux de son Peuple.

Et le peuple est une épouse infidèle.

Mais Dieu reste fidèle et son amour se révèle le plus fort. Il s’exprime dans sa miséricorde.

Avec cette image de l’époux, l’Alliance de Dieu prend donc un caractère nuptial.

Elle se comprend dorénavant comme une Alliance d’amour.


Dans le NT, cette image de l’époux est reprise.

On y parle des « noces de l’Agneau », des noces de l’Alliance nouvelle, pour exprimer cet amour de Dieu par delà la mort du Christ sur la croix.


59 vues

Le blog paroissial

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés

© Association diocésaine de Versailles