top of page

Terre et Ciel

Homélie du mercredi 7 juin 2023 (Mc 12, 18-27)




Évangile de Jésus Christ selon saint Marc


En ce temps-là, des sadducéens

– ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection –

vinrent trouver Jésus.

Ils l’interrogeaient :

« Maître, Moïse nous a prescrit :

Si un homme a un frère qui meurt

en laissant une femme, mais aucun enfant,

il doit épouser la veuve

pour susciter une descendance à son frère.

Il y avait sept frères ;

le premier se maria,

et mourut sans laisser de descendance.

Le deuxième épousa la veuve,

et mourut sans laisser de descendance.

Le troisième pareillement.

Et aucun des sept ne laissa de descendance.

Et en dernier, après eux tous, la femme mourut aussi.

À la résurrection, quand ils ressusciteront,

duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse,

puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

Jésus leur dit :

« N’êtes-vous pas en train de vous égarer,

en méconnaissant les Écritures et la puissance de Dieu ?

Lorsqu’on ressuscite d’entre les morts,

on ne prend ni femme ni mari,

mais on est comme les anges dans les cieux.

Et sur le fait que les morts ressuscitent,

n’avez- vous pas lu dans le livre de Moïse,

au récit du buisson ardent,

comment Dieu lui a dit :

Moi, je suis le Dieu d’Abraham,

le Dieu d’Isaac,

le Dieu de Jacob ?

Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants.

Vous vous égarez complètement. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


C’est difficile de savoir ce qui nous attend au Ciel. Quand on essaie de mettre des mots sur la vie éternelle, on projette souvent notre expérience d’ici-bas. On imagine une suite dans la répétition de ce que nous sommes et de ce que nous vivons déjà. On se dit : “ce sera la même chose, mais en mieux”.

C’est un peu comme cela que réfléchissent les sadducéens dans l’Évangile. Ils pensent à la loi du lévirat, qui enjoint toute veuve sans enfants à devenir la femme de son beau-frère dans le but d’assurer une descendance.

Ce faisant, les sadducéens ne mesurent pas la nouveauté radicale du Ciel. Dieu ne nous promet pas l’éternité de cette vie, il nous promet une vie nouvelle. C’est pour cela que Jésus ne rentre pas dans leurs débats mais répond simplement : “Vous faites erreur. Quand on est ressuscité, il n’y a plus ni mari ni femme, nous sommes comme des anges”.


A l’inverse, certaines personnes pensent que la vie éternelle est tellement différente de ce que nous vivons sur terre qu’on ne peut rien en dire, qu’il n’y a aucune relation entre ce que nous vivons maintenant et ce que nous connaîtrons après la mort. C’est l'excès inverse. Jésus enseigne que notre manière de vivre sur terre conditionne en quelque sorte ce que nous serons capables de vivre ensuite, auprès du Seigneur. C’est la notion de “jugement”, que Jésus assume complètement dans l’Évangile.


Ainsi, nous qui croyons en la vie éternelle, nous marchons sur une corde raide. Nous sommes appelés à relativiser notre vie sur terre, puisque nous ne sommes ici que de passage et que le Ciel sera une réalité nouvelle, mais aussi à investir ce temps pour faire le bien autour de nous, et ainsi nous préparer au Ciel.


C’est cet équilibre subtil qui fait de nous des gens libres : prenant la vie comme elle vient, capables de la quitter sans regarder en arrière, ne cherchant pas à y amasser des trésors… mais pleinement investis dans la louange de Dieu et le service du prochain.


Job dit qu’il est arrivé nu sur cette terre et qu’il repartira nu (Jb 1, 21). C’est la condition de chacun d’entre nous. La seule richesse, le seul combat, c’est de pouvoir donner sens à notre vie et à nos biens en vivant de la générosité que nous inspire le Christ.


Rendons grâce à Dieu pour ces hommes et ces femmes libres, ces témoins authentiques de l’Évangile qui ont croisé notre chemin ou qui vivent auprès de nous. Ils nous inspirent. Ils nous apprennent à être libres nous-mêmes, à faire le bien sur la terre tout en gardant la tête et le cœur au Ciel. Pour eux, Seigneur, nous te disons merci.


Amen.


47 vues

Comments


Le blog paroissial

Favicon
bottom of page