L'esprit de la lettre

Homélie du mercredi 9 juin 2021 (Mt 5, 17-19)




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :

« Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes :

je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.

Amen, je vous le dis :

Avant que le ciel et la terre disparaissent,

pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaîtra de la Loi

jusqu’à ce que tout se réalise.

Donc, celui qui rejettera

un seul de ces plus petits commandements,

et qui enseignera aux hommes à faire ainsi,

sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux.

Mais celui qui les observera et les enseignera,

celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Les rabbins disent de la Torah qu’elle contient 613 prescriptions divines réparties en 365 interdits et 248 commandements. Alors, quand Jésus affirme que pas un seul iota ne sera retiré de la loi, il semble que le Seigneur nous ordonne d’obéir scrupuleusement à tous les commandements bibliques. Si c’est ça, on court au casse-pipe. Les juifs en ont fait l’expérience avant nous : c’est impossible de respecter absolument tous les préceptes divins. Celui qui prétend observer chaque décret à la lettre est soit un naïf, soit un hypocrite.


Si les commandements sont si nombreux dans la Bible, c’est simplement pour nous rappeler qu’ils ont vocation à éclairer toute notre vie. S’il y a 365 interdits dans la Torah, c’est parce que Dieu nous donne sa Loi pour tous les jours de l’année. S’il y a 248 commandements dans la Torah, c’est parce que la Loi divine concerne tout notre être : 248, c’est le nombre d’organes dans le corps humain selon la médecine juive traditionnelle. Nous sommes donc invités à observer la loi divine chaque jour et dans toutes nos activités, là où le tentateur veut que nous nous octroyions le plus possible de moments sans foi ni loi.


La loi divine, nous devons donc la respecter toujours. Mais plutôt que d’obéir aveuglément à la lettre de chaque article de la Loi, Jésus nous demande d’en saisir l’esprit. C’est ce que signifie l’allusion de Jésus aux traits et aux iotas. Les traits et les iotas sont les voyelles du texte biblique. Or, il n’y a pas de voyelles dans les rouleaux de la Torah. Il ne s’y trouve que des consonnes et le texte est imprononçable en l’état. Dieu nous a donné une loi qui ne peut pas être suivie à la lettre. Techniquement, c’est impossible. Nous ne pouvons observer la loi divine qu’en cherchant patiemment quelles voyelles ajouter au texte pour qu’il devienne une parole censée.


Comme tous les rabbins, Jésus propose sa propre vocalisation du texte. Et sa lecture de la Torah, sa compréhension de la loi divine, c’est l’Évangile. Ici, nous sommes au chapitre 5 de l’évangile selon Saint Matthieu. C’est justement le moment où Jésus donne le sens profond, l’esprit de la Torah : “Vous avez appris qu’il a été dit [de la loi divine]… Et bien moi je vous dis…" Il suffit de relire le chapitre 5 de Matthieu pour nous remettre en mémoire les commandements du Seigneur :

  • Proscrire le mensonge, dire la vérité en toutes circonstances et mériter la confiance (Mt 5, 37) ;

  • Vivre chastement, sans jamais exploiter l’autre à des fins personnelles (Mt 5, 28) ;

  • Donner généreusement (Mt 5, 42) ;

  • Ne jamais céder à la colère et pardonner à ceux qui s’emportent contre nous (Mt 5, 22) ;

  • Aimer nos ennemis et prier pour eux (Mt 5, 44).


Voilà les commandements auxquels nous soumettre, si nous sommes chrétiens et si nous entendons nous comporter comme tels. Et si nous peinons sur ce chemin, pensons à ceux qui nous entourent et qui nous regarden