top of page

Homélie du mercredi 7 décembre 2022 (Mt 11, 28-30)




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là, Jésus prit la parole :

« Venez à moi,

vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,

et moi, je vous procurerai le repos.

Prenez sur vous mon joug,

devenez mes disciples,

car je suis doux et humble de cœur,

et vous trouverez le repos pour votre âme.

Oui, mon joug est facile à porter,

et mon fardeau, léger. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Attention à ne pas vous tromper sur le sens de cet évangile. Si vous pensez que, parce que vous allez prier le Christ, celui-ci va dégager de votre vie tous les obstacles, vous faites erreur.


C’est souvent ça que les gens attendent de Dieu. Ils se disent : si Dieu existe, il est tout-puissant. Et si c’est le Dieu des chrétiens, il nous aime et donc il éloignera de nous tous les fardeaux de la vie.


C’est comme ça que pensaient nos pères dans la foi. Quand on lit l’ancien testament, il est écrit : “Si tu crois en Dieu, si tu le pries et que tu fais le bien autour de toi, Dieu te donnera une femme (plusieurs mêmes) des enfants, des chameaux et des brebis. Mais si tu n’es pas un ami de Dieu, tu seras pauvre et malade.


Cette manière de voir est déjà remise en question dans les textes les plus récents de l’ancien testament. Dans la littérature de sagesse ou dans le livre d’Isaïe, on peut lire que Dieu est le Dieu de tout le monde. Il fait pleuvoir pareillement sur les bons et sur les méchants.


Du coup, comment comprendre un évangile comme celui d'aujourd’hui où Jésus dit : “Venez à moi, vous tous qui peinez, et je vous apporterai le repos ?”

Il y a deux ans, j’ai connu un étudiant qui était complètement désemparé car il avait beaucoup misé sur sa foi en Jésus-Christ pour passer les concours, sans succès. Dieu l’a-t-il abandonné ? Le Seigneur n’aurait-il été sympathique qu’avec les autres ?


Évidemment pas. Regardez comme Jésus est venu vivre au milieu de nous. A-t-il été protégé de l’échec, de la souffrance et de la mort ? Non. Il a tenu à partager complètement notre condition humaine, sans tricher. Lui aussi a été fragile, démuni, triste et angoissé à certains moments.


Donc, quand Jésus nous dit “venez à moi et vous trouverez le repos pour votre âme”, il s’agit plutôt d’une manière de traverser la vie et ses épreuves sans se laisser abattre mais en gardant en soi de la force, du courage, du sens à notre action, de la persévérance dans les épreuves. Cela, oui, le Seigneur le donne à qui le lui demande.


Et en cela, ce que dit Jésus n’est pas si différent de ce que nous avons entendu dans la première lecture : “Les garçons se fatiguent, se lassent et les jeunes gens ne cessent de trébucher ; mais ceux qui mettent leur espérance dans le Seigneur trouvent des forces nouvelles, ils déploient leurs ailes comme des aigles, ils courent sans se lasser, ils marchent sans se fatiguer” (Is 40, 25-31).


Plus on grandit dans la foi, plus on a de recul sur sa vie et plus on mesure que Dieu nous apporte une force incroyable, comme Dieu le Père a donné la force à Jésus de traverser la Passion. C’est cette force d’âme que nous demandons maintenant tous ensemble au Christ.


Amen.


27 vues