Astrig Siranossian




Duo Solo. Cet album est l'histoire d'un dialogue entre deux voix : la voix du chant et la voix du violoncelle, qui a toujours été considéré comme l'instrument le plus proche de la voix humaine. C'est aussi l'histoire de deux mondes et la rencontre de deux cultures, l'Orient et l'Occident. L'Orient que nous rencontrons ici, c'est l'Arménie, sa culture millénaire, sa musique et ses chants, qui résonnent avec les compositions de Bach, Kodály et Ligeti.


Pour la violoncelliste Astrig Siranossian, la mélodie vocale et le son du violoncelle sont deux voix qu'elle a toujours combinées dans ses concerts, associant une danse d'une suite pour violoncelle seul de Bach à une chanson arménienne qu'elle interprète avec une grande sensibilité.


Orient et Occident, Arménie et Europe : ce sont ses racines et ses émotions que la jeune violoncelliste nous fait partager ici. Cet enregistrement a été réalisé sur deux violoncelles différents, selon le répertoire : un instrument de Francesco Ruggieri datant de 1676 et le célèbre Giovanni Gagliano de 1756 connu sous le nom de "Sir John Barbirolli".


Saurez-vous maintenant reconnaître le lieu de tournage de ce prélude de Bach ? Réponse en fin de vidéo.



Retrouvez ici l'intégralité de l'album Duo Solo.



77 vues

Le blog paroissial

Favicon