Dieu toujours avec nous

Homélie du dimanche 12 juin 2022 (Jn 16, 12-15)



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :

« J’ai encore beaucoup de choses à vous dire,

mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter.

Quand il viendra, lui, l’Esprit de vérité,

il vous conduira dans la vérité tout entière.

En effet, ce qu’il dira ne viendra pas de lui-même :

mais ce qu’il aura entendu, il le dira ;

et ce qui va venir, il vous le fera connaître.

Lui me glorifiera,

car il recevra ce qui vient de moi

pour vous le faire connaître.

Tout ce que possède le Père est à moi ;

voilà pourquoi je vous ai dit :

L’Esprit reçoit ce qui vient de moi

pour vous le faire connaître. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Homélie donnée à l'occasion des premières communions du catéchisme et de la confirmation de Thomas.


J’ai fait ma première communion le 7 décembre 1985. C’était un samedi, dans une drôle de chapelle qui ressemblait plus à un théâtre ou une salle polyvalente qu’à une église. Mais cela ne m’a pas gêné. Je m’en fichais un peu du décor. Ma grosse préoccupation, c’était de bien lire la première lecture, devant tout le monde. J’étais timide à l’époque et j’avais peur de ne pas y arriver. Je me souviens que mes jambes tremblaient quand je lisais le texte. Mais tout s’est bien passé. A la fin de la messe, on est venu me remercier et me dire que j’avais bien lu, alors j’étais soulagé.

L’autre moment dont je me souviens bien, c’est du moment où j’ai reçu Jésus pour la première fois, dans cette petite hostie de pain consacré. J’avais bien compris que c’était Dieu lui-même qui venait demeurer au-dedans de moi, et j’en étais très très heureux.


D’ailleurs, le soir de ma première communion, j’ai pris un petit moment de prière personnelle, dans le secret de ma chambre. Et j’ai écrit ce petit texte, que j’avais envie de vous lire :


“Seigneur Jésus, c’est toi qui as fait le premier pas. Tu viens à moi. Ma maison est ta maison, Seigneur. Viens, entre, tu es chez moi, tu es chez toi. Je t’invite.”


Voilà, c’est ça la première communion. C’est Dieu qui s’invite chez nous, au-dedans de nous. Et nous on dit oui. Parce qu’on sait que Dieu nous aime beaucoup, et qu’il ne peut nous faire que du bien.


Dans ma prière du 7 décembre 1985, j’ai aussi écrit : “Je te connais. Je sais que tu es très bon et très grand. Tu penses toujours à nous, tu n’es jamais fatigué de nous faire vivre. Comme je suis content de savoir que tu es toujours avec moi !”


J’ai écrit cela parce que savais que maintenant que j’avais fait ma première communion, je pourrais recevoir Jésus dans mon cœur autant de fois que je voudrais, et toute ma vie. Alors, j’étais sûr que le Seigneur serait toujours avec moi, comme il l’est, encore aujourd’hui.


Je vous raconte cela parce que cela vous donnera peut-être l’idée d’écrire vous aussi une prière, ce soir, de retour à la maison. Je vous y encourage. Ce soir, parlez très simplement à Dieu, avec vos mots d’enfants, quand vous serez tranquilles dans votre chambre ou devant votre coin prière. Et puis écrivez ce que vous avez dit à Dieu et gardez cela précieusement. Et quand vous serez un vieux monsieur, comme moi, vous serez content de relire la prière de quand vous étiez enfant.


Je voudrais aussi dire un petit mot à Thomas, qui va faire sa confirmation. Lui aussi va recevoir Jésus dans son cœur mais d’une manière un peu différente, au cours d’un sacrement que l’on ne reçoit qu’une seule fois dans sa vie. Cela en fait un moment très important. Le prêtre va s’approcher de lui, lui imposer les mains pour demander à l’Esprit Saint, l’Esprit de Jésus, de venir en lui. Et puis il va tracer le signe de la croix en disant : “Thomas, sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu”. Et Thomas va recevoir une force spéciale, qui vient de Dieu et dont il aura besoin dans sa vie.


Vous savez, la vie ce n’est pas toujours facile. C’est ce que dit Saint Paul dans la première lecture qu’on a entendue tout à l’heure. Il nous a expliqué qu’il y a des moments dans la vie où on connaît la “détresse”. Mais, dit Saint Paul, avec le don de Dieu, avec le don de l’Esprit, nous sommes rendus forts dans la détresse. Comme Jésus a été fort dans les moments difficiles de sa vie.


D’ailleurs, il en parle dans l’Évangile que je viens de proclamer. Jésus dit : “J’ai des trucs à vous dire, mais pour l’instant vous ne pouvez pas les porter. Mais ce n’est pas grave, dit Jésus, ne vous inquiétez pas des épreuves à venir : car l’Esprit Saint vous sera donné et il vous conduira, il ne vous abandonnera pas.”


Thomas, tu as dit à notre évêque que tu souhaitais être confirmé pour “renforcer ta foi” et trouver la force de “vivre en bon chrétien” tout au long de ta vie. C’est précisément cela que Dieu te donne aujourd’hui, et pour toujours.


Amen.


74 vues

Le blog paroissial

Favicon