Dieu seul est bon

Homélie du jeudi 10 septembre 2020 (Lc 6, 27-38)



Retrouvez cette page en audio



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


En ce temps-là,

Jésus déclarait à ses disciples :

« Je vous le dis, à vous qui m’écoutez :

Aimez vos ennemis,

faites du bien à ceux qui vous haïssent.

Souhaitez du bien à ceux qui vous maudissent,

priez pour ceux qui vous calomnient.

À celui qui te frappe sur une joue,

présente l’autre joue.

À celui qui te prend ton manteau,

ne refuse pas ta tunique.

Donne à quiconque te demande,

et à qui prend ton bien, ne le réclame pas.

Ce que vous voulez que les autres fassent pour vous,

faites-le aussi pour eux.

Si vous aimez ceux qui vous aiment,

quelle reconnaissance méritez-vous ?

Même les pécheurs aiment ceux qui les aiment.

Si vous faites du bien à ceux qui vous en font,

quelle reconnaissance méritez-vous ?

Même les pécheurs en font autant.

Si vous prêtez à ceux dont vous espérez recevoir en retour,

quelle reconnaissance méritez-vous ?

Même les pécheurs prêtent aux pécheurs

pour qu’on leur rende l’équivalent.

Au contraire, aimez vos ennemis,

faites du bien et prêtez sans rien espérer en retour.

Alors votre récompense sera grande,

et vous serez les fils du Très-Haut,

car lui, il est bon pour les ingrats et les méchants.

Soyez miséricordieux

comme votre Père est miséricordieux.

Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ;

ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés.

Pardonnez, et vous serez pardonnés.

Donnez, et on vous donnera :

c’est une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante,

qui sera versée dans le pan de votre vêtement ;

car la mesure dont vous vous servez pour les autres

servira de mesure aussi pour vous. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Le monde connaît trop de violences, de mensonges et d’injustices. Jésus porte en lui la conviction qu’on ne peut dépasser cette situation qu’en lui opposant un surcroît d’amour et de bonté. C’est cela le “pardon”. Par-donner, c’est continuer à donner par-delà l’offense.


Nous sommes tous tentés de rendre le mal pour le mal ou de ne pas réagir au mal afin de nous préserver. Jésus, lui, propose de toujours rendre un bien pour un mal. C’est le prix à payer pour mettre un terme au cercle vicieux de la violence.


Cela, nous le comprenons. En revanche, deux versets tirés de l’enseignement de Jésus font encore difficulté :

“À celui qui te frappe sur une joue, présente l’autre joue.” dit Jésus, comme s’il fallait nous résigner au mal, nous laisser faire indéfiniment et endosser le rôle de la victime.

“Ne réclame pas celui qui prend ton bien” dit aussi Jésus, comme s’il fallait ne plus opposer de résistance au mal et le laisser parvenir à ses fins.


Si nous comprenons qu’il faille renoncer à la rancune et à la vengeance, devons-nous accepter également de renoncer à la justice ?


Non. Le pardon ne s’oppose pas à la justice. Le surcroît de bonté n’interdit pas la correction fraternelle. Mais cette synthèse est difficile à faire dans nos vies. Trop souvent, nous ne sommes les hommes et les femmes que d’une seule vertu : la justice pour les uns, le pardon pour les autres, la rigueur pour les uns, la patience pour les autres. Seul Dieu peut nous apprendre à être à la fois pétri de justice et de pardon. Et il le fait en diffusant en nos coeurs la charité.


Seul l’homme charitable possède une bonté intérieure surabondante, de telle sorte qu’il peut manifester sa bienveillance et sa miséricorde à tous, même aux plus ingrats. Seul l’homme charitable est capable de faire justice en se montrant aimable et bienveillant. Sa présence, son comportement pacifient ceux qu’il rencontre (1Co 13, 4 ; Col 4, 6). L’homme charitable est doux, sait punir quand il le faut mais nuance la peine et facilite les occasions de repentir (Mt 11, 28-30 ; Lc 16, 5-8).


Dans ce descriptif élogieux, vous aurez reconnu le comportement de Dieu, “lent à la colère et plein d’amour” (Ps 102). Oui, au final, Dieu seul est bon. “Personne n’est bon sinon Dieu seul” (Lc 18, 19 ; Mt 19, 17). Mais Dieu diffuse en nous sa charité, par le don de l’Esprit. C’est lui qui opère ce miracle de simplification en nous. C’est lui qui nous donne, petit à petit, d’exercer toutes les vertus de manière simple et naturelle.


Laissons le Seigneur réaliser son oeuvre de grâce, ouvrons nos coeurs à l’action de son Esprit.


Amen.


44 vues

Le blog paroissial

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés

© Association diocésaine de Versailles