Dieu sait ce qui est bon

Homélie du jeudi 10 mars 2022 (Mt 7, 7-12)




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là,

Jésus disait à ses disciples :

« Demandez, on vous donnera ;

cherchez, vous trouverez ;

frappez, on vous ouvrira.

En effet, quiconque demande reçoit ;

qui cherche trouve ;

à qui frappe, on ouvrira.

Ou encore :

lequel d’entre vous donnera une pierre à son fils

quand il lui demande du pain ?

ou bien lui donnera un serpent,

quand il lui demande un poisson ?

Si donc vous, qui êtes mauvais,

vous savez donner de bonnes choses à vos enfants,

combien plus votre Père qui est aux cieux

donnera-t-il de bonnes choses

à ceux qui les lui demandent !

Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous,

faites-le pour eux, vous aussi :

voilà ce que disent la Loi et les Prophètes. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Dans toute relation, il y a un échange de parole. La prière, c’est notre relation à Dieu, elle est principalement faite des paroles que nous échangeons avec lui, dans le secret de notre cœur.


Une vie chrétienne sans prière, cela n’a pas beaucoup de sens. Ce serait comme avoir un ami que l’on n’écoute pas, à qui on n'adresse jamais la parole. Une belle vie de prière, c’est échanger fréquemment et régulièrement avec le Seigneur. Avec des mots simples : ceux que Jésus prononce dans l’Évangile, et ceux que nous lui adressons en retour.


Dans cet échange, la prière de demande tient une place particulière. Parce que nous sommes les enfants de Dieu, nous entrons avec lui dans une relation asymétrique où s’exprime notre dépendance. Nous avons besoin de notre créateur pour vivre et grandir. Aussi, les paroles que nous lui adressons sont-elles souvent des demandes : “Seigneur, veille sur moi, protège-moi. J’ai besoin de ceci ou de cela”.


Le Christ nous encourage à demander au Père, et il nous assure que notre prière est non seulement entendue mais exaucée. Dieu est un bon Père, qui entend la plainte de ses enfants et fait tout concourir à leur bien. Pour autant, nous nous rendons bien compte que la prière n’est pas magique. Dieu n’est pas une machine à exaucer nos moindres demandes. Cela ferait de nous des enfants capricieux.


En fait, Dieu n’a pas besoin que nous lui donnions des informations. Il connaît notre situation et il sait ce qui est dans notre cœur. Il n’a pas besoin que nous lui donnions des conseils, il voit ce qui est bon pour l’homme. Aussi la prière n’est-elle pas faite pour éclairer Dieu ou pour lui transmettre des choses qu’il ne connaîtrait pas. La prière est faite pour nous permettre d’exprimer notre confiance.


Ce n’est pas Dieu qui doit changer par nos prières, c’est nous qui devons changer dans notre rencontre avec Dieu ! Ce que nous lui disons, c’est ce qui va être l’instrument de notre changement. En nous livrant à Dieu, en lui remettant tout ce qui est dans notre cœur, nous progressons dans la liberté. Nous ne sommes plus inquiets de ce que nous devrons faire et comment nous devrions le faire : nous sommes abandonnés sous le regard de Dieu et nous lui demandons qu’il oriente lui-même notre vie pour qu’elle soit plus conforme à sa volonté.


Aussi, Jésus peut-il nous dire que Dieu exauce toujours cette prière, qui consiste à demander à Dieu son Esprit, et non pas à lui demander de solutionner nos difficultés. Si nos prières ne sont pas exaucées, c’est justement pour nous aider à comprendre que nous devrions demander autre chose. Demandons donc au Seigneur de faire pour nous ce qu’il juge bon.


Amen.

70 vues

Le blog paroissial

Favicon