Après avoir lavé les pieds

Homélie du jeudi 12 mai 2022 (Jn 13, 16-20)




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


Après avoir lavé les pieds de ses disciples,

Jésus parla ainsi :

« Amen, amen, je vous le dis :

un serviteur n’est pas plus grand que son maître,

ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie.

Sachant cela, heureux êtes-vous,

si vous le faites.

Ce n’est pas de vous tous que je parle.

Moi, je sais quels sont ceux que j’ai choisis,

mais il faut que s’accomplisse l’Écriture :

Celui qui mange le pain avec moi

m’a frappé du talon.

Je vous dis ces choses dès maintenant,

avant qu’elles n’arrivent ;

ainsi, lorsqu’elles arriveront,

vous croirez que moi, JE SUIS.

Amen, amen, je vous le dis :

si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ;

et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Il y a deux façons de comprendre l’évangile du lavement des pieds. En tout cas, Jésus lui -même en donne deux interprétations.


La première, rappelez-vous, c’est quand Jésus dit à Simon-Pierre : “ce que je fais, tu ne le comprends pas encore mais rassure-toi, tu le comprendras plus tard”.

Ce “plus tard”, c’est à l’heure de la passion.

C’est seulement après la mort et la résurrection de Jésus que Simon-Pierre comprendra que le lavement des pieds est un abaissement, un abaissement qui préfigure celui de la croix. pro

“Aujourd’hui je vous lave les pieds, demain je m’abaisserai encore plus et je donnerai ma vie sur la croix”.

Voilà le premier sens du lavement des pieds : c’est une annonce, une prophétie, une explication du sens de la Passion.


La deuxième façon de comprendre l’évangile du lavement des pieds, c’est l’évangile de ce jour. C’est quand Jésus dit à ses disciples : “Ce lavement des pieds, c’est un exemple que je vous ai donné. Ce que j’ai fait pour vous, faites-le vous aussi”.

Ainsi, le lavement des pieds, c’est l’exemple d’une charité concrète, efficace, réaliste. C’est l’abaissement quotidien qui nous est accessible, c’est notre humble participation au sacrifice de la croix, c’est la part du chemin que nous pouvons accomplir.


“Un serviteur n’est pas plus grand que son maître” dit Jésus. Nous pouvons l’imiter en nous abaissant dans le service, mais on ne pourra jamais dire de quiconque : “il s’est abaissé plus bas que Jésus, il a donné plus que Jésus”.


Et Jésus termine ce petit enseignement sur le lavement des pieds par une note positive : “heureux êtes-vous si vous comprenez cela, si vous aussi vous vous abaissez pour servir et aimer, sans jamais vous lamenter de ne pas y arriver dans les mêmes proportions que Jésus.”


Quand nous nous abaissons, quand nous donnons à notre tour un peu de notre vie, nous le faisons comme en écho, en action de grâces, en remerciement pour le salut dont nous sommes déjà les héritiers.


Amen.


47 vues

Le blog paroissial

Favicon