Aimer en trois leçons

Homélie du mercredi 4 novembre 2020 (Lc 14, 25-33)



Retrouvez cette page en audio



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


En ce temps-là,

de grandes foules faisaient route avec Jésus ;

il se retourna et leur dit :

« Si quelqu’un vient à moi

sans me préférer à son père, sa mère, sa femme,

ses enfants, ses frères et sœurs,

et même à sa propre vie,

il ne peut pas être mon disciple.


Celui qui ne porte pas sa croix

pour marcher à ma suite

ne peut pas être mon disciple.

Quel est celui d’entre vous

qui, voulant bâtir une tour,

ne commence par s’asseoir

pour calculer la dépense

et voir s’il a de quoi aller jusqu’au bout ?

Car, si jamais il pose les fondations

et n’est pas capable d’achever,

tous ceux qui le verront vont se moquer de lui :

“Voilà un homme qui a commencé à bâtir

et n’a pas été capable d’achever !”

Et quel est le roi

qui, partant en guerre contre un autre roi,

ne commence par s’asseoir

pour voir s’il peut, avec dix mille hommes,

affronter l’autre qui marche contre lui avec vingt mille ?

S’il ne le peut pas,

il envoie, pendant que l’autre est encore loin,

une délégation pour demander les conditions de paix.


Ainsi donc, celui d’entre vous qui ne renonce pas

à tout ce qui lui appartient

ne peut pas être mon disciple. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Saint Thomas d’Aquin était prof de théologie à l’université. Un jour, un étudiant lève la main et lui demande : “Père, comment savoir si on aime quelqu’un ?” Il y a plein de façons de répondre à cette question. Saint Thomas, lui, a répondu qu’il y a trois composantes de l’amour, trois ingrédients indispensables.


Le premier, ce sont les sentiments. Si nous n’avons pas de lien affectif avec la personne, il n’y a pas d’amour possible.

Le deuxième, disait Thomas d’Aquin, c’est la connaissance de l’autre. Si nous ne connaissons pas bien la personne, impossible de l’aimer en vérité.

Le troisième, c’est la décision de liberté. Au bout du compte, aimer quelqu’un, c’est un choix que l’on pose : je choisis d’aimer, je choisis de donner ma vie à celui ou celle que j’aime.


Sentiment, connaissance, décision.


Pourquoi je vous raconte cette histoire ? Parce que dans l’évangile de ce jour, Jésus présente les conditions pour être son disciple, ce qui est nécessaire pour le suivre comme chrétien. Et nous retrouvons les trois composantes de l’amour selon Saint Thomas d’Aquin :


Sentiment, connaissance, décision.


Sentiment : “Si quelqu’un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et soeurs et même sa propre vie… Il ne peut pas être mon disciple”. Cela semble exigeant mais c’est cela l’amour : c’est quand l’être aimé compte à nos yeux plus que tout, plus que nous-mêmes.


Connaissance : “Celui qui ne porte pas sa croix pour marcher à ma suite ne peut pas être mon disciple.” Encore une parole qui semble dure mais là encore, c’est cela l’amour : c’est aimer l’autre en connaissance de cause. En regardant en face non seulement ce qu’il y a de plaisant en lui, mais aussi ce qu’il y a de souffrant, toute la peine qu’il faudra porter avec lui, avec douceur et compassion.


Décision : “Celui qui d’entre vous ne renonce pas à tout ce qui lui appartient ne peut pas être mon disciple”. Aimer, c’est choisir. Et choisir, c’est renoncer à pleins de choses. C’est mettre au panier tout ce qui risque d’affaiblir ou d’abîmer notre amour. C’est une décision, un choix avec lequel il faut chercher à être cohérent toute sa vie.


Vous voyez, ce que Jésus nous demande ce soir, c’est que nous l’aimions, tout simplement ! De l’aimer avec notre coeur, notre intelligence et notre liberté, comme lui nous a aimés le premier : avec son coeur et ses tripes, en connaissant nos bons côtés mais en assumant aussi ce qu’il y a de moche en nous. Et en prenant la décision de nous aimer jusqu’au bout, jusqu’au don de sa propre vie.


En matière d’amour, nous sommes tous des débutants. Avant de parvenir à aimer comme ça, il peut s’en passer du temps. Mais Jésus restera notre Maître en matière d’amour. Et à ce titre, nous avons tout à gagner à lui donner la préférence de notre coeur.


Amen.


91 vues

Le blog paroissial

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés

© Association diocésaine de Versailles