top of page

Aimer ce que Dieu veut

Homélie du jeudi 8 décembre 2022 (Gn 3, 9-15.20)




Lecture du livre de la Genèse


Quand Adam eut mangé du fruit de l’arbre,

le Seigneur Dieu l’appela et lui dit :

« Où es-tu donc ? »

L’homme répondit :

« J’ai entendu ta voix dans le jardin,

j’ai pris peur parce que je suis nu,

et je me suis caché. »

Le Seigneur reprit :

« Qui donc t’a dit que tu étais nu ?

Aurais-tu mangé de l’arbre

dont je t’avais interdit de manger ? »

L’homme répondit :

« La femme que tu m’as donnée,

c’est elle qui m’a donné du fruit de l’arbre,

et j’en ai mangé. »

Le Seigneur Dieu dit à la femme :

« Qu’as-tu fait là ? »

La femme répondit :

« Le serpent m’a trompée,

et j’ai mangé. »

Alors le Seigneur Dieu dit au serpent :

« Parce que tu as fait cela,

tu seras maudit parmi tous les animaux

et toutes les bêtes des champs.

Tu ramperas sur le ventre et tu mangeras de la poussière

tous les jours de ta vie.

Je mettrai une hostilité entre toi et la femme,

entre ta descendance et sa descendance :

celle-ci te meurtrira la tête,

et toi, tu lui meurtriras le talon. »

L’homme appela sa femme Ève (c’est-à-dire : la vivante),

parce qu’elle fut la mère de tous les vivants.


– Parole du Seigneur.



Homélie


Nous venons d’entendre en première lecture un extrait du Livre de la Genèse, où Dieu rencontre Adam et Eve juste après qu’ils aient désobéi à son commandement. Un unique commandement, qui consistait à ne pas manger du fruit d’un seul arbre : l’arbre de la connaissance non seulement du bien mais du mal.

Ce récit décrit de façon imagée ce que c’est que le péché. Le péché consiste à nous détourner de l’orientation que Dieu donne à notre vie pour aller marcher sur d’autres chemins, qui nous esquintent et nous font du mal.


Et c’est là le premier enseignement du livre de la Genèse : faire le choix de Dieu, mettre nos pas dans les siens, suivre ses conseils et ses commandements, c’est choisir ce qui est bon, ce qui nous fait du bien et ce qui fait du bien à ceux qui nous entourent.

A l’inverse, ignorer les commandements de Dieu ou rejeter ses conseils, cela nous conduit immanquablement à commettre le mal, c'est-à-dire à nous blesser nous-mêmes et à blesser autrui.


Être chrétien, être croyant, c’est être convaincu de cela. C’est dire au Seigneur : “Je ne suis pas parfait, je fais bien des bêtises mais je sais - au fond de mon coeur - que c’est toi qui me montres le bon chemin et que c’est toi qui me mets en garde contre tout ce qui pourrait m'abîmer voire me détruire”.

Dans un monde qui perd un peu la boussole, c’est rassurant d’avoir pour nous le Christ et sa Parole. Nous ne subissons pas ses commandements comme un boulet ou une contrainte. Nous accueillons sa Parole comme un guide, une lumière pour nos vies, un phare dans la nuit.


Souvent, le péché fait peur pour les mauvaises raisons. Nous nous disons que nous risquons une peine, un châtiment divin à mal nous comporter. Alors que, dans le Livre de la Genèse, Dieu prend soin d’Adam et Eve après leur désobéissance. Il leur donne un manteau pour qu’ils n’aient pas froid. Il les marque de son sceau pour que personne n’attente à leur vie. Il condamne le serpent qui est l’auteur du péché. Dieu prend soin de ceux qui désobéissent à sa loi. Dieu aime tous ses enfants, à commencer par ceux qui ont du mal à marcher sur les sentiers de la justice.


Nous, pécheurs, n’avons pas à craindre le jugement de Dieu. Car nous serons jugés par l’amour et sur l’amour” comme le dit Sainte Thérèse de Lisieux. En revanche, nous devons apprendre, petit à petit, à détester le péché pour ce qu’il est et pour ce qu’il produit en nous : de la tristesse, de la déception, de la souffrance, de la désespérance… Nous devons demander comme une grâce de haïr le péché et d’aimer la Parole divine qui veut nous en préserver. Les commandements de Dieu sont aimables, même lorsqu’ils nous paraissent exigeants. Tout en eux est ordonné à notre joie.


Aujourd’hui, nous célébrons Marie Immaculée Conception, c’est-à-dire n’ayant pas commis le moindre péché. Le destin de Marie est exceptionnel au regard du nôtre. Il fallait sans doute qu’elle soit ainsi “toute pure” pour donner naissance à Jésus. Mais cela fait de Marie celle qui peut le mieux nous aider à choisir le bien et à rejeter le mal. Dans tous nos combats spirituels, tournons-nous vers elle. Dans le secret de notre prière, n’hésitons pas une seconde à lui demander son secours. Partout où le mal semble plus fort, Marie peut nous apporter la victoire, par la puissance de son intercession.


Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous !

Amen.

53 vues