Les mains ouvertes devant Toi

Homélie du vendredi 3 avril 2020 (Jn 10, 31-42)



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là, de nouveau, des Juifs prirent des pierres pour lapider Jésus. Celui-ci reprit la parole : « J’ai multiplié sous vos yeux les œuvres bonnes qui viennent du Père. Pour laquelle de ces œuvres voulez-vous me lapider ? » Ils lui répondirent : « Ce n’est pas pour une œuvre bonne que nous voulons te lapider, mais c’est pour un blasphème : tu n’es qu’un homme, et tu te fais Dieu. » Jésus leur répliqua : « N’est-il pas écrit dans votre Loi : J’ai dit : Vous êtes des dieux ? Elle les appelle donc des dieux, ceux à qui la parole de Dieu s’adressait, et l’Écriture ne peut pas être abolie. Or, celui que le Père a consacré et envoyé dans le monde, vous lui dites : “Tu blasphèmes”, parce que j’ai dit : “Je suis le Fils de Dieu”. Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, continuez à ne pas me croire. Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez les œuvres. Ainsi vous reconnaîtrez, et de plus en plus, que le Père est en moi, et moi dans le Père. » Eux cherchaient de nouveau à l’arrêter, mais il échappa à leurs mains. Il repartit de l’autre côté du Jourdain, à l’endroit où, au début, Jean baptisait ; et il y demeura. Beaucoup vinrent à lui en déclarant : « Jean n’a pas accompli de signe ; mais tout ce que Jean a dit de celui-ci était vrai. » Et là, beaucoup crurent en lui. – Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie

A la question de Jésus : “pourquoi voulez-vous me lapider ?”, les juifs répondent : “parce que tu te fais Dieu”. “Se faire Dieu”, c’est le péché de Satan. Satan n’est qu’une créature, mais il prétend se faire, de lui-même, l’égal de Dieu. Pour cela, il cherche à s’accaparer le don de Dieu, sa vie, sa force, son pouvoir, son autorité… Jésus ne se fait pas Dieu. Jésus se reçoit de son Père. Son attitude ne consiste pas à s’accaparer la divinité, mais à l’accueillir, à la recevoir de son Père humblement, les mains ouvertes. Pour nous, il en est de même. Le péché consistera toujours à prendre de force ce que Dieu voudrait nous donner gratuitement. Le Père veut faire de nous des fils semblables à son Fils unique. Il veut pareillement nous diviniser, nous élever à sa gloire. Soit nous accueillons paisiblement le don de Dieu, et nous ressemblons au Christ ; Soit nous cherchons à saisir le don de Dieu, à le posséder, à l’accaparer, et nous ressemblons à Satan. Accueillir paisiblement le don de Dieu, c’est consentir à ne pas être méritants. C’est accepter que nos bonnes oeuvres ne soient pas la raison de notre salut. C’est laisser Dieu nous aimer tels que nous sommes tout en sachant que nous ne le méritons pas. Saisir le don de Dieu, vouloir s’accaparer ses grâces, c’est multiplier les bonnes actions en espérant que cela fera notre mérite et que ce mérite obligera le Seigneur à nous aider en ce bas-monde et à nous sauver au terme du chemin. Si vous le voulez bien, entrons dans la semaine sainte les mains ouvertes, pour accueillir simplement les grâces que Dieu veut nous donner et non pour les mériter. Amen.

33 vues

Le blog paroissial

LOGO PAROISSE couleurs transparent.gif

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés 

© Association diocésaine de Versailles