Solennité de l'Immaculée Conception

Homélie du lundi 9 décembre 2019 (Lc 1, 26-38)


Il fallait que Jésus, le fils de Dieu, ait une demeure digne de lui. Alors le Seigneur a choisi Marie. Et Marie a dit « oui » : « voici la servante du Seigneur ». Ainsi Marie a-t-elle offert son corps au Seigneur. Elle a donné sa vie, entièrement, corps et âme, pour accueillir pleinement le don de l’Esprit. Pour que la Parole de Dieu prenne chair en elle. Pour que le corps du Seigneur soit façonné en son sein. Quel grand mystère que celui de l’Incarnation et de la Rédemption !


Je vous invite, ce soir, en cette fête de l’Immaculée Conception, à prier tout spécialement pour toutes celles, et tous ceux aussi, qui ont été salis dans leur corps ; ou dont le corps n’a pas été respecté. Toutes celles qui portent dans leur corps le péché du monde, la violence des hommes, et même la mort. Tous ceux et celles qui, pour diverses raisons, ont pris leur corps en dégoût… qui en ont honte… Je vous invite à présenter au Seigneur tous ces corps-là, et aussi à présenter les nôtres.


En effet, avec la fête de l’Immaculée Conception, le Seigneur, une fois encore, vient nous apporter l’espérance et le réconfort dont nous avons besoin. La délivrance que nous attendons peut-être ? Car, par cette fête, qui nous dépasse un peu, c’est vrai, nous affirmons cependant avec l’Eglise que Dieu peut faire des merveilles dans notre corps, comme il en a fait en Marie. Dieu peut faire des merveilles dans notre corps : il peut le purifier, le guérir. Il peut lui rendre toute sa dignité lorsqu’elle a été bafouée. Je pense aussi au corps de Jésus. Il a été malmené. Il a subi la torture. On l’a crucifié. Mais Jésus a su lui donner une grande valeur en l’offrant comme un signe d’amour : « Ceci est mon corps livré pour vous » Nous pouvons nous aussi, comme lui, offrir notre corps blessé à Dieu. Pas toujours, je le sais, quand la douleur, l’injustice, la révolte est trop forte… Mais nous le pourrons un jour. Marie et son Fils nous y invitent.


Le corps est important pour Dieu. Ce n’est pas simplement de la poussière qui retournera un jour à la poussière ! Ce n’est pas non plus le fruit du péché ! Ou un objet méprisable !

Non ! Le corps est une création de Dieu. Et le créateur aime sa création ; il aime ses créatures. Le corps est important pour Dieu, parce que Jésus a pris un corps. En lui, Dieu lui-même a voulu rejoindre sa création, s’unir à elle, en prenant un corps comme nous. Le corps n’est pas seulement de la matière, il est le lieu où l’Esprit vient habiter et donner vie.

C’est pourquoi, chez les catholiques, l’enterrement est un acte religieux important : on honore la personne décédée, mais on honore aussi le Seigneur qui lui a donné la vie et un corps. On bénit ce corps et on rappelle qu’un jour il ressuscitera… Ainsi le corps est digne d’un grand respect.


Dans sa 1ère lettre aux Corinthiens au chapitre 6, Paul dit de belles choses sur le corps. «Votre corps « est pour le Seigneur », dit-il. Il a donc de la valeur, même s’il est abîmé. Vous êtes le Corps du Christ. Votre corps participe au corps du Christ, chacun pour sa part, même si vous êtes pécheurs. Votre corps est le Temple de l’Esprit Saint… dit encore Paul, alors : « Rendez gloire à Dieu dans votre corps. »


Et bien ce soir, avec Marie, avec Jésus, rendons gloire à Dieu dans notre corps, même s’il est marqué par le péché, puisque « notre corps est pour le Seigneur ». Par cette eucharistie il vient y habiter, il vient le purifier. « J'avais dit : « Les ténèbres m'écrasent ! » mais la nuit devient lumière autour de moi. » (Ps 138). La ténèbre n’est point ténèbre devant toi, Seigneur. La nuit comme le jour est lumière !


Amen.

11 views

Le blog paroissial

LOGO PAROISSE couleurs transparent.gif

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés 

© Association diocésaine de Versailles