Préférer la lumière

Homélie du mercredi 1er juin 2022 (Jn 17, 11b-19)




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là, les yeux levés au ciel, Jésus priait ainsi :

« Père saint,

garde mes disciples unis dans ton nom,

le nom que tu m’as donné,

pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.

Quand j’étais avec eux,

je les gardais unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné.

J’ai veillé sur eux, et aucun ne s’est perdu,

sauf celui qui s’en va à sa perte

de sorte que l’Écriture soit accomplie.

Et maintenant que je viens à toi,

je parle ainsi, dans le monde,

pour qu’ils aient en eux ma joie,

et qu’ils en soient comblés.

Moi, je leur ai donné ta parole,

et le monde les a pris en haine

parce qu’ils n’appartiennent pas au monde,

de même que moi je n’appartiens pas au monde.

Je ne prie pas pour que tu les retires du monde,

mais pour que tu les gardes du Mauvais.

Ils n’appartiennent pas au monde,

de même que moi, je n’appartiens pas au monde.


Sanctifie-les dans la vérité :

ta parole est vérité.

De même que tu m’as envoyé dans le monde,

moi aussi, je les ai envoyés dans le monde.

Et pour eux je me sanctifie moi-même,

afin qu’ils soient, eux aussi, sanctifiés dans la vérité. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Ce texte est une partie de la grande prière que Jésus fait avant de mourir. A ce moment précis, Jésus est en situation d’échec. Il s’aperçoit que sa mission auprès des hommes a “échoué” car le monde le “prend en haine” et le rejette. Ce triste constat est résumé par Saint Jean en une phrase lapidaire : “Les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière” (Jn 3, 19).


Jésus ne se lamente pas mais il pense à ses disciples. Il sait qu’après son départ, ils seront confrontés au même rejet. Il s’inquiète pour eux ; il prie pour eux. A l’époque des premiers chrétiens, cette haine se manifestait de trois manières. Face aux chrétiens, il y avait les juifs de stricte obédience : ceux-là disaient observer la loi divine mais, au-dedans d’eux-mêmes, leur cœur était plein de suffisance et de jugement. Il y avait aussi la masse des païens : des agnostiques qui disaient chercher la vérité mais refusaient de se laisser interpeller par la Parole de Dieu. Et puis il y avait l’empereur Domitien qui persécutait tout bonnement les chrétiens.


Jésus a eu raison de s’inquiéter pour ses disciples. Aujourd’hui encore, le christianisme est la plus persécutée des religions. Chaque jour en 2022, 16 chrétiens sont tués à cause de leur foi en Jésus. Ce chiffre est en augmentation de 24% par rapport à l’an passé. Le nombre de chrétiens détenus a augmenté de 44% en un an. La persécution, cela concerne 360 millions de chrétiens, soit un disciple de Jésus sur sept dans le monde. De leur côté, les agnostiques sont plus nombreux que jamais, avec la même imperméabilité au Christ et à l’Évangile. Et, à l’intérieur de l’Église, il se trouve encore des fondamentalistes pour s’attacher à la lettre de la loi tout en délaissant l’essentiel : le commandement de l’amour.


Jésus pense à ses disciples, il prie pour nous et nous encourage. En premier lieu, il nous dit : “Ne confondez pas le monde qui vous entoure avec le mal”. Je ne prie pas le Père de vous retirer du monde mais, dans le monde, de vous garder du mauvais. Si Dieu nous retirait du monde, ce serait l’échec absolu. Car de même que Jésus est venu dans le monde pour y apporter la lumière, le Christ compte sur nous pour rester dans le monde, côtoyer ceux qui ne croient pas en lui et leur apporter la lumière de l’Évangile par nos paroles et nos comportements. Notre présence dans le monde est le signe caché de la victoire de Jésus. Certes, il fut persécuté et il est mort, mais sa Parole et son Évangile continuent de briller dans le monde, parce que nous sommes là.


Oh, certes, nous ne sommes pas des purs disséminés au milieu d’hommes et de femmes mauvais. Nous aussi, il nous arrive de préférer les ténèbres à la lumière. C’est la définition même du péché. Mais nous travaillons patiemment à notre conversion et, surtout, nous acceptons d’être en mission dans le monde, comme Jésus le fut


Pour rester libres, fidèles et unis en Jésus, nous avons besoin du don de l’Esprit-Saint. C’est lui que nous implorons ardemment en ces quelques jours qui nous séparent encore de la Pentecôte.


Amen.

32 vues

Le blog paroissial

Favicon