Parole qui vient du Ciel

Homélie du dimanche 9 janvier 2022 (Lc 3, 15-16.21-22)



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc


En ce temps-là,

le peuple venu auprès de Jean le Baptiste était en attente,

et tous se demandaient en eux-mêmes

si Jean n’était pas le Christ.

Jean s’adressa alors à tous :

« Moi, je vous baptise avec de l’eau ;

mais il vient, celui qui est plus fort que moi.

Je ne suis pas digne de dénouer la courroie de ses sandales.

Lui vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. »


Comme tout le peuple se faisait baptiser

et qu’après avoir été baptisé lui aussi, Jésus priait,

le ciel s’ouvrit.

L’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe,

descendit sur Jésus,

et il y eut une voix venant du ciel :

« Toi, tu es mon Fils bien-aimé ;

en toi, je trouve ma joie. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Saint Luc prend soin de nous dire qu'au moment du baptême de Jésus les gens qui étaient venus là pour se faire baptiser eux aussi par Jean-Baptiste, étaient "en attente". "Le peuple venu auprès de Jean Baptiste était en attente", dit-il. Le peuple était en attente. Ce n'est pas une simple remarque ! Je pense que saint Luc a une intention particulière pour nous dire cela. Ne voudrait-il pas nous suggérer que Jésus est précisément celui qui peut répondre à leur attente ?


On est au tout début de l'Evangile ! Cette foule ne connaît donc pas encore Jésus, mais elle va petit à petit le découvrir. Et cela commence aujourd'hui par cette voix venant du ciel qui dit : « Toi, tu es mon fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie. » "Le peuple était en attente". Il va découvrir que Jésus vient lui apporter ce qu'il attend, ce qu'il espère. Ce que nous attendons, Jésus vient nous l'apporter.


Dimanche dernier, je disais :

Jésus est Celui que Dieu nous donne pour tout nous donner.

Il est notre espérance, car il est la lumière dont le monde a besoin pour sortir de son obscurité.


C'est ce que nous, lecteurs de l’Évangile, nous allons découvrir pas à pas. C'est le parcours que nous propose de faire saint Luc. Une sorte de pèlerinage qui nous conduira jusqu'à la mort et à la résurrection de Jésus. Car, pour bien comprendre qui est Jésus, il faudra aller jusque-là. Jusqu'à la croix et au tombeau vide. Du baptême à la résurrection. De la naissance à l'Ascension.


Et la question est celle-ci :

Jésus est-il bien celui que j'attends, qui peut répondre à mon attente la plus profonde ?

Est-il celui que le monde attend ?


« Consolez, consolez mon peuple » avait dit Isaïe de la part de Dieu. La consolation, c’est exactement ce qu’attendait Syméon à l’entrée du Temple de Jérusalem. Et quand il prend l’enfant Jésus dans ses bras, tout rempli d’Esprit Saint, il reconnaît que Jésus est celui qui vient apporter cette consolation que le monde attend. Cette consolation, c’est Jésus.


Les mages étaient partis de chez eux pour aller à la rencontre d'un nouveau roi. Ils suivaient l'étoile. Mais les scribes de Jérusalem ont tout de suite compris qu'il s'agissait en fait du Messie attendu par Israël et annoncé par les prophètes. « Voici votre Dieu ! Voici le Seigneur Dieu ! » avait encore dit Isaïe. (Is 40) « Un enfant nous est né, un fils nous a été donné ; (…) on proclame son nom : « Prince-de-la-Paix » » (Is 9, 5). L'étoile, le roi, cette Paix, c'est Jésus. Il est la réponse à l'attente des uns et des autres.


Dieu nous a envoyé son Fils.

Pour que nous devenions « participants de la nature divine », dira Pierre (2 P 1, 3-4). Il s'est fait ce que nous sommes pour que nous devenions ce qu'il est. Dieu, par Jésus, nous donne la vie, le pardon. Dieu, par Jésus, nous révèle son visage. Il est la lumière qui fait sortir des ténèbres, il est le « vrai chemin de vie ».


Mais vous, en venant ici, ce matin, quelle est votre attente ? Je vous invite à partir à la recherche de la Parole d’Évangile qui, pour vous, répond le mieux à votre attente, à votre espérance. Une parole qui vient du ciel, en quelque sorte ; et vous sentez qu'elle est pour vous.


Alors, Jésus est-il bien celui qui vient répondre à votre attente ?


Amen.

45 vues

Le blog paroissial

Favicon