Les reproches de Jésus

Homélie du mardi 31 mars 2020 (Jn 8, 21-30)




Évangile de Jésus Christ selon saint Jean


En ce temps-là, Jésus disait aux Pharisiens : « Je m’en vais ; vous me chercherez, et vous mourrez dans votre péché. Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller. » Les Juifs disaient : « Veut-il donc se donner la mort, puisqu’il dit : “Là où moi je vais, vous ne pouvez pas aller” ? » Il leur répondit : « Vous, vous êtes d’en bas ; moi, je suis d’en haut. Vous, vous êtes de ce monde ; moi, je ne suis pas de ce monde. C’est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés. En effet, si vous ne croyez pas que moi, JE SUIS, vous mourrez dans vos péchés. » Alors, ils lui demandaient : « Toi, qui es-tu ? » Jésus leur répondit : « Je n’ai pas cessé de vous le dire. À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger. D’ailleurs Celui qui m’a envoyé dit la vérité, et ce que j’ai entendu de lui, je le dis pour le monde. » Ils ne comprirent pas qu’il leur parlait du Père. Jésus leur déclara : « Quand vous aurez élevé le Fils de l’homme, alors vous comprendrez que moi, JE SUIS, et que je ne fais rien de moi-même ; ce que je dis là, je le dis comme le Père me l’a enseigné. Celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a pas laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. » Sur ces paroles de Jésus, beaucoup crurent en lui. – Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


Hier, le Père Olivier commentait avec justesse le passage de Jn 8, 12-20. Il aurait pu prendre le récit de la femme adultère qui le précède (Jn 8, 1-11) ; le choix nous était offert. Le chapitre 8 de Saint Jean forme un tout. C’est l’un des plus violents de l’Evangile, je pense, mis à part les récits de la Passion que nous réécouterons bientôt. Il nous y prépare. Ici, Jésus s’adresse d’abord aux juifs, aux scribes et aux Pharisiens ; puis aux "juifs qui avaient cru en lui". Nous aussi, nous croyons en lui. Voici donc quelques paroles de Jésus à leur égard. Dures, surprenantes, elles peuvent nous aider à grandir dans la foi, car elles nous sont aussi adressées. 8, 15 : "Vous jugez de façon purement humaine. Moi, je ne juge personne." 8, 19 : "Vous ne connaissez ni moi ni mon Père…" 8, 26 : "À votre sujet, j’ai beaucoup à dire et à juger…"

8, 37 et 8, 40 : "vous cherchez à me tuer, parce que ma parole ne trouve pas sa place en vous." 8, 44 : "Vous, vous êtes du diable, c’est lui votre père, […] Dès le commencement, il s’est attaché à faire mourir l’homme… il est menteur et père du mensonge." 8, 47 : "Si vous n’écoutez pas, c’est que vous n’êtes pas de Dieu." Alors pour mieux comprendre les reproches de Jésus, pour saisir qu’il est la vérité et apporte la lumière, la libération, le salut, reprenons l’histoire de cette femme adultère. Cette femme était prise en "otage", et Jésus va la délivrer, lui rendre sa liberté. Elle était otage de ses désirs. "Otage" de ceux qui avaient débusqué son péché. "Otage" de la Loi qui la condamnait à mort. Elle en était même devenue muette ! Cette femme, bien sûr, c’est nous. Mais saurons-nous bien le comprendre ? Le reconnaître ? On l’amène donc à Jésus qui était assis pour enseigner. Et voilà qu’il se baisse… plus bas encore qu’il n’était. Il se relève un instant pour dire la Parole qui sauve, et se baisse à nouveau. Le temps nécessaire à la parole d’atteindre les cœurs et de porter son fruit… La Parole de Jésus met le doigt sur le péché qui enlaidit le cœur de chaque homme. Il fait la vérité. Mais par son abaissement, il nous relève, il libère l’homme "otage" du péché. Par son humilité, il nous invite, sans nous humilier, à nous reconnaître nous-mêmes "otages" du péché. Arriverons-nous comme cette femme à dire à Jésus : "Seigneur !" ? Jésus est en chemin : il vient du Père et retourne au Père. Il est la lumière du monde et nous conduit au Père. Il dit qu’il n’a pas cessé de dire qui il était ! Il est au service ce celui qui l’a envoyé. Et "celui qui l’a envoyé est avec lui" (8, 29). Il vient libérer l’homme du mensonge et faire de nous des hommes libres : "Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres". Et à Pilate, il dira : "Je ne suis venu dans le monde, que pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix." (Jn 18, 37). Il est le chemin, la vérité et la vie. Et la vérité, c’est que nous sommes esclaves du péché, et que nous avons besoin d’être sauvés. "Si vous ne croyez pas que moi, Je suis, vous mourrez dans vos péchés." Voilà la vérité : Jésus apporte la lumière, la libération et le salut. Oui, Seigneur, je crois.


Amen.

32 vues

Le blog paroissial

LOGO PAROISSE couleurs transparent.gif

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés

© Association diocésaine de Versailles