top of page

Le trésor intérieur

Homélie du dimanche 22 janvier 2023 (Mt 4, 12-17)




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


Quand Jésus apprit l’arrestation de Jean le Baptiste,

il se retira en Galilée.

Il quitta Nazareth

et vint habiter à Capharnaüm,

ville située au bord de la mer de Galilée,

dans les territoires de Zabulon et de Nephtali.

C’était pour que soit accomplie

la parole prononcée par le prophète Isaïe :

Pays de Zabulon et pays de Nephtali,

route de la mer et pays au-delà du Jourdain,

Galilée des nations !

Le peuple qui habitait dans les ténèbres

a vu une grande lumière.

Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort,

une lumière s’est levée.

À partir de ce moment, Jésus commença à proclamer :

« Convertissez-vous,

car le royaume des Cieux est tout proche. »


– Acclamons la Parole de Dieu.



Homélie


“Convertissez-vous, car le Royaume de Dieu est tout proche”. Cette parole de Jésus est mal traduite. Quand on lit ça, on comprend que le Royaume de Dieu n’est pas encore là, que nous n’y sommes pas. On comprend qu’il y a Dieu, sa joie et sa paix mais que nous, nous sommes à côté, à distance de lui.


Du coup, quand Jésus nous demande de nous convertir, nous trouvons cela logique : la conversion, ce sont toutes les bonnes œuvres que je dois accomplir pour mériter tout le bonheur que Dieu veut pour moi… Commence par devenir un type bien, fais tes preuves, et là, Dieu viendra dans ta vie et t’apportera tout le bonheur que tu attends de lui.


En fait, c’est tout l’inverse. Jésus ne dit pas “le Royaume est tout proche”, il dit : “le Royaume s’est approché”. Le verbe est conjugué au passé et non au futur. Et ça change tout. Jésus dit : “Le Royaume est là pour toi. Il s’est approché de toi, ça y est, il est à portée de main. Il est là où tu te tiens.” Dans cet évangile, il y a bien un appel et un don. L’appel, c’est “convertis-toi”. Le don, c’est “Le Royaume est là”. Mais le don est premier par rapport à l’appel.


Vous voyez, le message de Jésus n'est pas culpabilisant, comme s'il disait : "Retourne ton cœur, sinon le Règne de Dieu ne sera pas pour toi !” Tout commence au contraire par une promesse de bonheur : "La joie est là, à portée de main, à portée de désir, à toi d'ouvrir ton cœur !" Et c’est cela la conversion. Aujourd'hui, Jésus dit : "Tu veux le bonheur ? Alors, retourne-toi et regarde-moi !"


La première conversion que nous avons à vivre, c’est celle du regard. Si le Royaume est là où je me tiens, si le Christ est bel et bien à l'œuvre dans ma vie, je peux choisir de regarder la vie avec foi et optimisme. Je peux reconnaître à chaque instant le don de Dieu et me reposer sur sa promesse de me conduire vers la joie parfaite.


La première conversion, c’est celle du regard. Un chrétien est un homme comme les autres, qui partage la vie de tout un chacun. Mais il porte sur toutes choses un regard radicalement différent. Un regard de foi et d’espérance qui alimente en lui la paix et la joie. Il sait qu’il est sauvé. Il sait que le Royaume est là et que Dieu nous tient dans ses bras.


Certes, la conversion de nos mœurs reste nécessaire mais cette conversion n’est pas la condition de notre entrée dans le Royaume : elle en est le fruit. C’est parce que je vis avec le Christ, convaincu de sa présence et de son amour, que mon comportement s’en trouve changé. La conversion des mœurs est le don que Dieu fait à ceux qui croient.


Si nous comptons sur nos bonnes résolutions pour rejoindre le Christ, nous courrons à l’échec. Si, en revanche, nous commençons par réveiller en nous la foi en la présence inaliénable du Christ à nos côtés, alors nous serons rendus capables de travailler efficacement à l’avènement du Royaume. Nos bonnes œuvres seront autant d’ “actions de grâce”. Commençons donc par travailler à être “en parfaite harmonie de pensées et de sentiments” avec le Christ, comme nous y exhorte la première lecture (1Co 1, 10). Comment y parvenir ? En cherchant ces mêmes sentiments au dedans de nous-mêmes. La joie nous a été donnée. La bonté, aussi. La force dans les épreuves… Toutes ces pensées et ces sentiments nous sont déjà donnés car Il demeure en nous, comme Il nous l’a promis. La conversion, c’est aller puiser dans ce trésor que seule la foi découvre à nos yeux.


Amen.


48 vues