Il nous a donné Jésus à aimer

Lc 10, 1-9 (homélie du vendredi 18 octobre 2019)



Ce vendredi, nous célébrons la fête de Saint Luc.



Luc est un médecin (Col 4, 14,peut-être un syrien d’Antioche. C’est probablement en Grèce qu’il rédige son témoignage sur Jésus et ses disciples. Son livre comprend deux tomes. Le premier, c’est l’évangile selon Saint-Luc. Le second raconte les débuts de l’Église, ce sont les Actes des Apôtres.


Luc ne fait pas partie des premiers apôtres de Jésus. Pour obtenir un maximum d’informations sur les faits et gestes de Jésus, il doit donc faire de nombreux aller-retours à Jérusalem et à Césarée. C’est là que l’on trouvait le plus de documents sur le Seigneur et que la tradition orale était la plus vive. Mais par dessus tout, c’est l’apôtre Paul qui sera la principale source d’inspiration de Luc. Luc l’accompagnait dans ses voyages missionnaires (Ac 16, 10) et ne ratait pas une miette de son enseignement.


Luc est un écrivain talentueux, un homme cultivé de langue grecque, connaissant bien les Ecritures juives, à tel point qu’on pense que Luc s’est d’abord converti au judaïsme avant de devenir chrétien, probablement grâce au témoignage de Paul.


Luc termine la rédaction de son oeuvre en 64. Seulement trente ans s’étaient écoulés depuis la mort et la résurrection de Jésus. Luc est un scientifique qui veut convaincre par la rigueur de son exposé et la fiabilité de ses sources. Il s’adresse en priorité au monde païen. C’est sans doute la raison pour laquelle la liturgie nous a donné d’entendre ce soir l’envoi des soixante-douze disciples. Les soixante-douze représentent symboliquement l’ensemble des nations qui peuplent la terre (Gn 11).


Si Luc n’a pas croisé de son vivant la route de Jésus, il a pourtant fait l’expérience d’une rencontre toute personnelle avec Jésus, une rencontre qui a bouleversé sa vie. Luc a compris et éprouvé dans sa chair qu’il est infiniment aimé par le Seigneur. Ce qui touche Luc par dessus-tout, c’est la tendresse du Christ, ce sont tous les soins que Jésus apporte à son humanité blessée et à la nôtre.


Ainsi, c’est à Luc que nous devons le récit de la parabole du bon samaritain, celle du fils prodigue, la rencontre de Jésus avec le bon larron… Dante disait de Luc qu’il est “le scribe de la tendresse du Christ”. Plus que tout autre évangéliste, Luc a donné au monde un Jésus à aimer.


En ce jour de fête, sollicitons la prière d’intercession de Saint-Luc. Demandons-lui la grâce de goûter, comme il l’a fait, à la tendresse de Jésus pour chacun de nous.


Amen.


10 vues

Le blog paroissial

LOGO PAROISSE couleurs transparent.gif

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés 

© Association diocésaine de Versailles