La Création rassemblée

Homélie du dimanche 3 janvier 2020 (Mt 2, 1-12)




Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


Jésus était né à Bethléem en Judée,

au temps du roi Hérode le Grand.

Or, voici que des mages venus d’Orient

arrivèrent à Jérusalem

et demandèrent :

« Où est le roi des Juifs qui vient de naître ?

Nous avons vu son étoile à l’orient

et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »

En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé,

et tout Jérusalem avec lui.

Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple,

pour leur demander où devait naître le Christ.

Ils lui répondirent :

« À Bethléem en Judée,

car voici ce qui est écrit par le prophète :

Et toi, Bethléem, terre de Juda,

tu n’es certes pas le dernier

parmi les chefs-lieux de Juda,

car de toi sortira un chef,

qui sera le berger de mon peuple Israël. »

Alors Hérode convoqua les mages en secret

pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ;

puis il les envoya à Bethléem, en leur disant :

« Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant.

Et quand vous l’aurez trouvé, venez me l’annoncer

pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. »

Après avoir entendu le roi, ils partirent.


Et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient

les précédait,

jusqu’à ce qu’elle vienne s’arrêter au-dessus de l’endroit

où se trouvait l’enfant.

Quand ils virent l’étoile,

ils se réjouirent d’une très grande joie.

Ils entrèrent dans la maison,

ils virent l’enfant avec Marie sa mère ;

et, tombant à ses pieds,

ils se prosternèrent devant lui.

Ils ouvrirent leurs coffrets,

et lui offrirent leurs présents :

de l’or, de l’encens et de la myrrhe.


Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode,

ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.


– Acclamons la Parole de Dieu.


Homélie


Je disais à Noël que la crèche nous permettait de comprendre, si, bien sûr, on la regarde correctement…

La crèche nous permettait de comprendre que c’est l’univers entier qui s’est rassemblé autour de Jésus, le nouveau-né.

La naissance de Jésus concerne le monde entier. Regardons.


Tous les êtres visibles et invisibles sont là, représentés : Marie, Joseph, les bergers pour les êtres visibles ; les anges du ciel pour les êtres invisibles.

Et Jésus au milieu, qui appartient à la fois au ciel et à la terre : il est vrai homme et vrai Dieu.


Mais il y a aussi les animaux.

Le bœuf. On peut penser qu’il représente les croyants juifs, parce que le bœuf, c’est l’animal de sacrifice par excellence.

Mais il y a aussi l’âne. L’âne, c’est celui qui porte le mystère de Dieu sans le savoir.

Il portera Jésus plusieurs fois, sans savoir que Jésus est le Fils de Dieu.

Alors, on peut penser que l’âne symbolise tous ceux qui ne connaissent pas encore les mystères du Royaume, mais qui les portent.

Il représente le monde des incroyants. Eux aussi sont là.

Avec l’âne et le bœuf, Jésus rassemble autour de lui croyants et incroyants.


Tout le monde est là, près de Jésus. Autour de lui. C’est lui qui fait l’unité.

Il y a les bergers, les moutons, et même une étoile très brillante qui apporte la joie à ceux qui la suivent et la regardent…

« Quand les mages virent l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie, » nous dit-on.


Evidemment, nous le comprenons bien : tous ceux qui décident de marcher vers Jésus sont, comme les mages, remplis de joie, et même « d’une très grande joie ».

Jésus est pour eux une vraie lumière. Il est leur bonne étoile : « l’étoile du matin qui se lève dans leur cœur », dira Simon-Pierre. (2 Pi 1, 19) « L’astre d’en-haut venu nous visiter » dira Zacharie.


Ces mages venus d’Orient – la tradition les nomme : Gaspar, Melchior et Balthazar -, ces mages représentent les hommes des autres nations, des autres cultures.

Ils représentent les scientifiques, les chercheurs, les hommes de raison.

Ils font contraste avec les bergers !

Et c’est une étoile qui les conduit. C’est normal, ils n’ont pas avec eux cette lumière qu’ont les croyants et qui éclaire leur route. Ils n’ont pas encore reçu la Parole de Dieu…

Alors une étoile est venue leur montrer le chemin.


Ainsi, nous le voyons, la création tout entière est là rassemblée dans la crèche.

Les premiers chrétiens, pour nous raconter l’histoire de Jésus, ont eu l’idée de nous parler de la crèche. Et c’est de cette façon qu’ils ont voulu commencer à nous faire découvrir le mystère de l’incarnation, le mystère de la venue de Dieu parmi les hommes, au milieu d’eux.


Il faut donc bien regarder la crèche, la contempler. S’interroger.

Tout est là. Chaque détail semble dire quelque chose de ce mystère, le « manifester ».

C’est ce que veut dire le mot « épiphanie » : la manifestation.

Dieu, par la naissance de Jésus, se manifeste à nous. Il dit qui il est.

il est vrai homme et vrai Dieu.

Il est lumière de notre vie

Sa parole nous éclaire

C’est lui qui fait notre unité


A tous, Jésus offre sa joie et sa lumière.

C’est bien ce que les prophètes avaient annoncé.


Amen.


31 vues

Le blog paroissial

EGLISE CATHOLIQUE

Centre paroissial Sainte-Marie

Magny-les-Hameaux, Châteaufort,

Saint-Lambert & Toussus-le-Noble (78)

Tous droits réservés

© Association diocésaine de Versailles