Faisons-lui un peu de place

Homélie du mercredi 8 avril 2020 (Mt 26, 14-25)


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu


En ce temps-là, l’un des Douze, nommé Judas Iscariote, se rendit chez les grands prêtres et leur dit : « Que voulez-vous me donner, si je vous le livre ? » Ils lui remirent trente pièces d’argent. Et depuis, Judas cherchait une occasion favorable pour le livrer. Le premier jour de la fête des pains sans levain, les disciples s’approchèrent et dirent à Jésus : « Où veux-tu que nous te fassions les préparatifs pour manger la Pâque ? » Il leur dit : « Allez à la ville, chez untel, et dites-lui : “Le Maître te fait dire : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je veux célébrer la Pâque avec mes disciples.” » Les disciples firent ce que Jésus leur avait prescrit et ils préparèrent la Pâque. Le soir venu, Jésus se trouvait à table avec les Douze. Pendant le repas, il déclara : « Amen, je vous le dis : l’un de vous va me livrer. » Profondément attristés, ils se mirent à lui demander, chacun son tour : « Serait-ce moi, Seigneur ? » Prenant la parole, il dit : « Celui qui s’est servi au plat en même temps que moi, celui-là va me livrer. Le Fils de l’homme s’en va, comme il est écrit à son sujet ; mais malheureux celui par qui le Fils de l’homme est livré ! Il vaudrait mieux pour lui qu’il ne soit pas né, cet homme-là ! » Judas, celui qui le livrait, prit la parole : « Rabbi, serait-ce moi ? » Jésus lui répond : « C’est toi-même qui l’as dit ! » – Acclamons la Parole de Dieu.


Homélie

Judas travaille en secret ! Il ne dit rien à personne. Il agit seul. Il prépare son coup. Il va livrer Jésus. Les autres disciples ne se doutent de rien. On le sait, cette façon d’agir n’augure rien de bon ! Alors, quelle attitude avoir pour ne pas risquer de ressembler à Judas ?


Seul Jésus semble avoir deviné : "l’un de vous va me livrer". Mais qui, Seigneur ? - "Serait-ce moi ?" - "C’est toi-même qui l’as dit !". Il semble répondre à Judas : vas-tu le reconnaître ? C’est toi-même qui t’enfermes dans de mauvais calculs, de mauvaises pensées, de mauvais projets… Mais, si tu le veux, si tu le décides, il n’est pas encore trop tard pour vivre ma parole, ce à quoi je t’appelle : vas-tu croire en moi, en Celui qui m’a envoyé ? Vas-tu oser marcher vers la lumière et me faire confiance ?

Il avait déjà dit à ses disciples : "Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière…" (Jn 3, 20-21). Ainsi, à Béthanie, chez Lazare, Marthe et Marie, il avait révélé la vraie intention de Judas : non pas le souci des pauvres, mais son appât du gain, car "c’était un voleur" (Jn 12, 1-11). Aujourd’hui, dans l’évangile de Mathieu, Judas s’enferme davantage : il cherche maintenant une "occasion favorable pour livrer Jésus". Et ça lui rapportera 30 pièces d’argent.