top of page

Que la joie de Noël rayonne dans nos coeurs





En plein Moyen-Âge, dans les rues de nos villages, nous aurions pu entendre crier « Noël » pour fêter un évènement heureux. Et qu’y a-t-il de plus réjouissant qu’une naissance ? Être les témoins d’un nouvel être balbutiant, fragile et dépendant nous émerveille par la beauté de la vie plus forte que nos souffrances. Ce cri de joie médiéval était lancé en l’honneur de ce Dieu qui se fait proche, si proche qu’il se fait l’un de nous. Un Dieu qui ne nous abandonne pas, mais qui prend des voies si singulières pour nous rejoindre que nous pouvons en être déroutés.


Nous n’entendons plus crier « Noël » dans nos rues. Evidemment les temps ont changé. Mais la joie de Noël, elle, a-t-elle disparu ? Cette joie parfois trop commercialisée ne doit pas être édulcorée. Elle n’est pas une joie superficielle qui évite de regarder la souffrance. Et d’ailleurs, bon nombre d’entre nous, à travers les siècles, souffrent en cette nuit de Noël d’une absence, d’une séparation, d’un décès, de divisions…


La joie de Noël, c’est la réponse de Dieu à la souffrance de l’homme. C’est une Parole qui s’incarne pour que l’humanité, face à ses responsabilités utilise la parole incarnée dans ses actes pour vivre l’amour en toute circonstance. Demandons au Seigneur pour ce Noël, une grâce précise de conversion de notre cœur, pour que nous Lui ressemblions un peu plus. Patience, Paix, Unité, Persévérance, Douceur, nous avons l’embarras du choix. Et une fois cette demande faîte, alors essayons de la vivre dans nos actes du quotidien, si simples soient-ils.


Que l’Enfant-Dieu bénisse et garde vos foyers, vos familles, vos amis, et qu’il bénisse tous les hommes et les femmes de bonne volonté !

82 vues

Le blog paroissial

Favicon
bottom of page